Baudoin de Forde, Guerric d'Igny, Isaac de l'Étoile marcheront sur les mêmes traces. Un Ordre religieux est une association libre de personnes (hommes ou femmes) et de communautés ayant choisi de vivre organiquement un idéal de vie religieuse orientée vers Dieu.Cet idéal est souvent extériorisé par l’expression de vœux religieux publics dans le but de progresser plus rapidement dans la recherche de Dieu. L'ancien commendataire du monastère des Feuillants dans la Haute-Garonne, fonde la congrégation des Feuillants, approuvée par Sixte V dès 1586. Les frères qui avaient transgressé la règle se levaient tour à tour ; enlevèrent la capuche pour que toute l'assistance puisse voir leur identité ; confessèrent à haute voix leurs erreurs ; puis se couvrirent la face et la tête et se prosternèrent sur le lutrin tout en silence. comprend actuellement près de 3 000 moines et 1 875 moniales — communément appelés trappistes et trappistines, car ils sont issus de la réforme de l'abbaye de la Trappe — répartis dans 102 monastères masculins (abbayes et prieurés) et 72 monastères féminins (appelés aussi abbayes ou prieurés), dans le monde entier[3]. Au XVe siècle, le vitrail cistercien perd sa spécificité et rejoint par son aspect les créations de la plupart des édifices religieux contemporains. Il suscite d'âpres et nombreuses polémiques au sein de la famille cistercienne. Il n'y avait par ailleurs aucun autre repas avant le premier ou unique repas chaud. On ne compte qu'une seule de ses réunions de 1699 à 1738. L'art cistercien est en accord avec leur spiritualité : il doit être une aide pour le cheminement intérieur des moines. Du XIe au XIIIe siècle une véritable révolution industrielle s'opère dans l'Occident médiéval. Au XIIe siècle, les ingénieurs médiévaux mettent aussi au point des moulins à vent à pivot vertical (qui permet de suivre les changements de direction du vent) ou à marée qui sont inconnus dans l'Antiquité ou dans le monde arabe[165]. Cette spiritualité repose donc sur une théologie qui exige ascèse, paix intérieure et quête de Dieu. La couleur doit être réservée aux enluminures[126]. Elle est indispensable aux drapiers Flamands et aux commerçants italiens dont l'une des activités principales est la coloration des draps (en 1273, les éleveurs anglais tondent 8 millions de bêtes, ce qui correspond à 3 500 tonnes de laine exportées !)[150]. Les Cisterciens n'occupent qu'une part modérée dans les défrichages qui marquent la croissance économique et démographique médiévale[138]. Mais le résultat est à la hauteur des efforts engagés : le potentiel énergétique de l'abbaye augmente considérablement avec une chute d'eau de 9 mètres[157]. Il est racheté en 1320 par le Chapitre général de l'ordre. Essentiel dans le christianisme, il en existe aussi dans d'autres religions[1]. Les moines se couchaient immédiatement après pour passer une courte nuit, de quatre heures seulement avant un dimanche d'été, et de six heures et demie au maximum avant un jour ordinaire d'hiver[99]. L'abbaye de Cluny n'aurait pu se développer sans aménager la vallée de la Grosne. Dans l'esprit des Cisterciens, qui refusent de devenir des rentiers du sol, le travail manuel est au contraire valorisé[136]. Elle fit l'objet de différentes mises au point. Les décorations sont obtenues par estampage : sur l'argile encore malléable, on appose un tampon de bois qui imprime en creux le motif. Aubry parvient à maintenir la ferveur spirituelle au sein de sa communauté, qu'il soumet à une ascèse très rude. En Occident, à la charnière des XIe et XIIe siècles, nombreux sont les fidèles qui cherchent de « nouvelles voies de la perfection[5] », « désir inexprimé, mais exaltant toutes les ardeurs, de rajeunir le monde[6] ». Les Cisterciens se voient chargés de missions de christianisation, protégés par le bras séculier, pénètrent en Prusse et dans les provinces baltes. Par son esprit, elle se détache du modèle clunisien de la familia hiérarchisée en offrant une large autonomie à chaque monastère. La même pratique est utilisée pour la sélection de chevaux qui, plus légers, permettent de travailler des sols bruns dans lesquels le bœuf s'embourbe. Bernardus valles amabat, « Bernard aimait les vallées ». ». Tout ce répertoire repris ou composé au XIIe siècle, du fait même de la Charte de Charité et de la forte structuration de l'ordre, existe dans de nombreux manuscrits disséminés dans l'Europe entière et est d'une lecture qui ne pose aucune difficulté. L'introduction du système de la « commende » au Moyen Âge tardif par lequel le roi nomme un abbé laïc dont le premier souci est souvent d'en tirer le maximum de bénéfices financiers, ne fait qu'accentuer cet état de fait. Philippe Contamine, Marc Bompaire, Stéphane Lebecq, Jean-Luc Sarrazin. Finalement, après ce cheminement intérieur on parvient au dernier stade de l'amour qui est d'aimer Dieu pour Dieu et non plus pour soi[74]. Ils maîtrisent aussi la végétation au bord des cours d'eau. Avant d'être une mystique, la spiritualité cistercienne est une spiritualité incarnée : que la vie quotidienne aille de soi est la condition sine qua non de la paix intérieure et du silence, propice à la relation avec Dieu. Pour les monastères cisterciens qui vivent en relative autarcie, l'usage des carreaux d'argile plutôt que de dallages en pierre ou en marbre s'impose. Après vêpres, les moines ne se remettaient plus au travail, mais assistèrent à une lecture spirituelle qui combla l'intervalle jusqu'au dernier office de la journée, complies. Là aussi, le portier tenait un rôle de choix, car c'est lui qui accueillit les personnes frappant à la porte, répondant par Deo gratias. Certaines abbayes comme Fontenay sont équipées du tout-à-l'égout[159]. En général, ils exploitent au mieux les ressources locales en valorisant les forêts plutôt qu'en les détruisant. Par son organisation et par son autorité spirituelle, il s'impose dans tout l'Occident, jusque sur ses franges. Cette liste est arrangée, autant que faire se peut, suivant le nom par lequel les religieux sont populairement connus, et non pas par le nom officiel de l'institut religieux. En effet, c'est au IVe concile de Latran (1215) que « le mot « bénédictin » apparut pour désigner les moines qui n'appartenaient à aucun Ordre centralisé »[4] par opposition aux Cisterciens. ». D'où certaines manifestations de rancœur violente au XIIIe siècle en Germanie où des granges de l'ordre sont parfois incendiées. Le 16 novembre 1106 Gauthier, l'évêque de Chalon, consacre sur ce nouveau site la première église construite en pierre. Avec le soutien de la papauté, des rois et des évêques, l'ordre prospère et grandit. Face à ces attaques, certaines abbayes s'aventurent davantage dans les sciences théologiques et des bibliothèques cisterciennes respectables voient le jour, ainsi celles des abbayes de Signy et de Clairvaux. Arnaud Amaury, abbé de Cîteaux, est alors nommé légat par le pape et organise la croisade[50]. Les frères, « firent une coupe dans la forêt et dégagèrent un espace dans l'épaisseur des fourrés d'épines, puis se mirent à construire à l'endroit même un monastère. Les abbayes de Hongrie, de Grèce et de Syrie sont détruites lors des conquêtes ottomanes. Le moulin hydraulique se diffuse pendant toute la période médiévale (il est une source de rentrées financières importantes pour la noblesse et les monastères qui investissent donc dans ce type d'équipements). Bien qu'ils suivent la règle de saint Benoît, les cisterciens ne sont pas à proprement parler considérés comme des bénédictins. En 1090 Robert, avec quelques compagnons, choisit de s'éloigner pour un temps de l'abbaye et de ses dissensions et s'établit avec quelques frères à Aulx pour y mener une vie d'ermite[17]. La dernière modification de cette page a été faite le 9 février 2014 à 03:21. Cependant, les convers avaient droit à davantage de sommeil en raison de leur plus lourde charge de travail, et étaient donc dispensés de ce premier office. Par exemple, Actes 18,3 montre saint Paul en tournée d'évangélisation, gagnant sa vie par son travail de fabricant de tentes. Mais l'extraordinaire succès économique de l'ordre au XIIe siècle finit par se retourner contre lui. Mais pour les nouveaux offices et les nouvelles fêtes, les pièces composées sont très ornées et très proches du langage poétique et fleuri de saint Bernard ou d'Hildegarde de Bingen, exacte contemporaine de cette première aventure cistercienne. De même les comtes de Champagne dérivent la Seine pour assécher les environs de Troyes, lui fournir l'énergie hydraulique dont elle a besoin et un système d'évacuation des eaux[162]. Les progrès se transmettent entre abbayes par le biais de manuscrits ou par le déplacement de moines. L'urgence de la réforme apparaît bientôt à l'ordre tout entier. cit.,p. Il a des mots très durs pour fustiger les clercs et les prélats qui succombent aux richesses matérielles et au luxe, mais contradictoirement, n'hésite pas à se mettre bien en vue, notamment aux côtés de Louis VII. les infirmes, appartenant à la base à l'un des quatre groupes ci-dessus, mais ne participant pas entièrement à la vie de la communauté ; Anselme Dimier, « Violences, rixes et homicides chez les Cisterciens », in. Celles-ci sont en effet utiles pour accueillir les moines qui voyagent entre les abbayes ou sur les chemins de pèlerinages. « Réalités et évolution de l'économie cistercienne dans les duché et comté de Bourgogne au Moyen Âge' », « L'Économie cistercienne, géographie, mutations du Moyen Âge aux Temps Modernes », Studies in the Spirituality of the High Middle Ages, Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes, « Les Cisterciens, labeur, austérité et rayonnement », Ordre cistercien de la Stricte Observance, ordre cistercien de la Stricte Observance, monastère de Tibhirine en Algérie sont enlevés, http://users.skynet.be/am012324/exordium/fra/2.pdf, "Émules puis sujettes de l'ordre cistercien. La grande connaissance de l'hydraulique par les Cisterciens leur permet de transformer des rivières capricieuses, qui changeaient souvent de cours et étaient sujettes à de nombreuses crues, en cours d'eau régulés pour les besoins domestiques, énergétiques et agricoles des moines. L'abbé de Cîteaux garde, par ses conseils et dans ses visites, une autorité supérieure. Mais leur nombre s'accroissant, en 1247, ils s'établissent dans le quartier du Chardonnet et deux ans plus tard entreprennent la construction d'un collège[122]. Les moines blancs utilisent les techniques en vogue dans leurs régions : moulins à roue verticale au nord et à roue horizontale au sud[152]. Ce choix n'est pas dû à des considérations économiques, mais bien à des raisons spirituelles et théologiques : l'Écriture valorise la subsistance de chacun par son travail[note 4], les Pères du désert travaillaient de leurs mains, et saint Benoît insiste : « c'est alors qu'ils seront vraiment moines, lorsqu'ils vivront du travail de leurs mains, à l'exemple de nos pères et des Apôtres »[79]. Bernard, trois ans seulement après son entrée dans l'ordre cistercien, consacré abbé par Guillaume de Champeaux, évêque de Châlons-sur-Marne, prend la tête de l'abbaye de Clairvaux le 25 juin 1115. Mais défricher n'est pas leur objectif premier, il est un moyen parmi d'autres de s'établir là où il y a encore de la place pour y mener une politique d'autarcie économique[140]. », Étienne Harding précise en 1110 à la préface de l', « Nous faisons connaître aux fils de la sainte Église que ces hymnes, certainement composés par le bienheureux archevêque. Les maîtres d'œuvre cisterciens doivent concilier les exigences de construction en pierre pour limiter les risques d'incendie, de constructions élevées et lumineuses (en accord avec leur spiritualité), sans augmenter démesurément le coût des chantiers. La spiritualité cistercienne est en fait aussi vaste que les auteurs qui l'ont bâtie. Les abbayes cisterciennes connaissent l'évolution de l'architecture romane vers le gothique (arc brisé) et se caractérisent par un grand dépouillement des lignes et de la décoration. Le travail manuel est remis en valeur par l'exploitation directe des terres et des propriétés. Ainsi, les écrits de Guillaume de Malmesbury, puis les Petit et Grand Exorde sont à l'origine de la légende noire qui poursuit, au sein de l'ordre, Robert et ses compagnons de Molesme « qui n'aimaient pas le désert[23] ». Mais, surtout, les vallées sont disponibles, car peu attractives. À ce caractère central de travail manuel dans le monachisme, d'après les Cisterciens, s'ajoute une autre motivation : la grande richesse de plusieurs abbayes de l'époque faisait de leurs moines des nantis (et même parfois d'authentiques seigneurs féodaux) assez éloignés de la pauvreté évangélique qui semblait nécessaire aux premiers moines pour chercher Dieu d'un cœur pur[81]. « Il semble opportun […] [que tous les frères] aient le même mode de vie, le chant et tous les livres nécessaires aux heures diurnes et nocturnes […] de sorte qu'il n'y ait aucune différence dans nos actes, mais que nous vivions dans une seule charité, sous une seule règle et selon un mode de vie semblable. Les matelas tout comme les lits de plumes étaient interdits. En même temps, il a su prévoir des systèmes de contrôles efficaces tout en évitant la centralisation : l'abbaye-mère dispose d'un droit de regard, son abbé doit la visiter annuellement. Par suite, cette charte des premiers cisterciens qu'est le Petit Exorde de Cîteaux définit le moine, par opposition à celui qui touche des dîmes, comme celui qui possède des terres et en tire sa subsistance par son propre travail et celui de son bétail[82]. Cîteaux et ses premières filiales sont implantées en Bourgogne, c'est-à-dire dans la zone de jonction entre les trois principaux bassins fluviaux français : le Rhône, la Loire et la Seine. Le code de droit canonique de 1983 ne fait plus de différence entre les ordres religieux traditionnels et les congrégations religieuses plus récemment fondées. Vers 1125, des moniales bénédictines quittent leur prieuré de Jully-les-Nonnains et s'installent à l'abbaye de Tart, sollicitant la protection de l'abbé de Cîteaux, Étienne Harding qui l'accorde en 1132. Au Moyen Âge, les voies commerciales principales sont fluviales et maritimes : les routes longent les fleuves ou font la jonction entre les bassins fluviaux, mais permettent des débits bien inférieurs. 2008). Il entretient d'excellents rapports avec les seigneurs locaux. Ses origines familiales et sa formation, ses appuis et ses relations, sa personnalité même, expliquent en grande partie le succès cistercien. À la fin du XIIe siècle, les défrichages atteignent un point culminant. Ils sont ainsi pionniers dans l'élaboration au XIIIe siècle de règlements d'exploitation forestière[140]. Ils se prosternaient tout autour de lui et entamaient les sept psaumes pénitentiels. Bien entendu, tous les moines qui étaient prêtres disaient aussi leur messe privée, à un moment donné de la journée, conformément à l'obligation relevant de leur sacerdoce[98]. « Cîteaux naît de ce désir partagé de renouveler le monachisme et d'en redéfinir la place[7]. Il décide de ne pas embrasser le métier des armes et cherche à se retirer du monde. Les Cisterciens s'intègrent parfaitement aux exigences du règne de la scolastique. Mais Cîteaux végète, les vocations se font rares et ses membres vieillissent. Étienne Harding a institué, au sommet de l'édifice, le chapitre général comme organe suprême de contrôle. En effet, leur exploitation est confiée à des paysans sauniers (et non à des convers) qui conservent les deux tiers de la récolte. Ces immenses succès économiques vont progressivement contribuer à une transformation radicale de l'ordre qui s'écarte de plus en plus de l'austérité de Bernard de Clairvaux. Si saint Bernard est le plus célèbre, (Traité de l'amour de Dieu, les splendides Sermons sur le Cantique, les Sermons pour les différentes fêtes liturgiques ; le Précepte et la dispense, où l'on découvre un saint Bernard très éloigné du rigoriste que l'on s'est parfois plu à présenter ; De la considération, où l'abbé de Clairvaux écrit à un de ses fils spirituels cisterciens, devenu pape sous le nom d'Eugène III ; les degrés de l'humilité et de l'orgueil, reprise des degrés de l'humilité décrits par Saint Benoît avec une description psychologique parfois amusante ; etc. La Charte de Charité qu'il élabore apparaît comme le « ciment » qui va garantir la solidité de l'édifice cistercien. Tout en veillant sur Clairvaux dont il est resté toute sa vie abbé, Bernard a une influence religieuse et politique considérable en dehors de son ordre[35]. Cerf, collection Sources chrétiennes, 1985. Par exemple les Goliards critiquent ouvertement la société tripartite et particulièrement les religieux[117] ; ils n'hésitent pas à remettre en cause le mariage[118]. Le Chapitre général réunit chaque 14 septembre, sous la présidence de l'abbé de Cîteaux qui fixe le programme, tous les abbés de l'ordre qui doivent y assister en personne ou, exceptionnellement, se faire représenter. Chacune d’elles est autocéphale, c’est-à-dire dirigée par son propre synode habilité à choisir son primat. Dans la tradition catholique, étaient considérés comme ordres religieux les mouvements religieux structurés importants (monastiques, mendiants) dont les vœux étaient prononcés de manière solennelle. L’Ordre Cistercien de la Stricte Observance (connu aussi comme “Trappiste”) est un Ordre religieux contemplatif de l’Eglise Catholique Romaine composé de monastères de moines et de monastères de moniales. À l'origine, suivant l'exemple d'Octave Arnolfini, abbé de Châtillon, et d'Étienne Maugier, Denis Largentier introduit une réforme d'une grande austérité à Clairvaux et au sein de ses filiales entre 1615 et 1618. Pour cette raison, la salle capitulaire jouxtait habituellement l'église abbatiale. Aéroport de Bastia, en Corse - Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP. L'ordre cistercien est marqué à sa naissance par la nécessité de réforme et l'aspiration évangélique qui sous-tend également l'expérience de Robert d'Arbrissel — fondateur de l'ordre de Fontevraud en 1101 — et l'éclosion des chapitres de chanoines réguliers. Mais, les Cisterciens les transforment en comptoirs dès que le besoin s'en fait sentir à la fin du XIIe siècle. À Cluny, l'agriculture est devenue une activité extérieure[8]. Historiquement les derniers ordres religieux sont ceux créés au XVIe siècle tels l'Ordre du Carmel, l'Ordre des Chartreux, l'Ordre de Saint-Benoît, l'Ordre de Saint-Jérôme, l'Ordre de l'Immaculée Conception, l'Ordre de l'Annonciation céleste, entre autres. », « de nombreux novices et moines vont étudier dans les universités et, d'une façon générale, les religieux s'adonnent beaucoup à la lecture, peut-être parce qu'ils sont désœuvrés, « trahissant un degré non convenable d'insouciance et d'intérêt curieux, « le peuple des campagnes se détourn[e] le premier de l'ordre, qui lui prend la terre, l'expuls[e] des hameaux, Toponyme qui renvoie aux joncs et donc au caractère marécageux du lieu. Vertalingen in context van "l'ordre le plus strict" in Frans-Nederlands van Reverso Context: J'ai donné au Numéro 11 l'ordre le plus strict de l'éliminer. Aubry, confronté à de nombreuses difficultés matérielles, déplace sa communauté deux kilomètres plus au sud, au bord de la Vouge, pour trouver un approvisionnement en eau suffisant[24]. Aubry, administrateur efficace et compétent, obtient la protection du pape Pascal II (Privilegium Romanum) qui promulgue le 19 octobre 1100 la bulle Desiderium quod. Robert a tout juste le temps de recevoir du duc de Bourgogne une vigne à Meursault qu'à la suite d'un synode tenu à Port d'Anselle en 1099 qui légitime la fondation du novum monasterium, il se voit contraint de revenir à Molesme où il trouvera la mort en 1111. D'autre part, les critères recherchés étaient à l'époque très différents des normes actuelles en œnologie et on ne sait pas s'ils produisaient du vin blanc, du vin rouge ou du clairet. Les bois et les pierres t'apprendront plus que n'importe quel maître. - Le souper, deuxième repas chaud, se déroulait de la même manière. Il se tenait quotidiennement à la salle capitulaire ou salle du chapitre. En effet, les versions mélodiques de ces sources anciennes (entre saint Ambroise et Charlemagne) paraissent archaïques à ces moines chanteurs, érudits du début du XIIe siècle. Le procureur de l'abbaye était chargé de l'administration du temporel de l'abbaye et signait aussi tous les actes et contrats avec les représentants de la société civile, comme des seigneurs vassaux. Dès 1168, les moines de Clairvaux vendent du fer[168] ; les Cisterciens sont les premiers sidérurgistes de Champagne, du milieu du XIIIe au XVIIe siècle[174], utilisant aussi le laitier riche en phosphates de leurs fours comme engrais agricole[172]. La protection bienveillante de l'archevêque Hugues permet l'édification d'un monastère de bois et d'une humble église. Une bulle de Calixte II confirme l’organisation. Les Cisterciens restent cependant, aux yeux des autres ordres et notamment des dominicains, des « simples » peu versés dans les études spéculatives. Les postulants affluent, les effectifs croissent et poussent Étienne Harding à fonder des « abbayes-filles ». Au chapitre III de la Charte de Charité il est précisé : « Tous auront les mêmes livres liturgiques et les mêmes coutumes. Les Cisterciens maîtrisent aussi les arts verriers. Le recrutement se fait de plus en plus au sein de prélats séculiers, loin des préoccupations monastiques, mais soucieux des revenus abbatiaux. La Constitution souligne l'importance de son action au sein de l'Église. Les moines ayant accompli leurs vœux portaient des coules blanches à longues manches et capuche, des tuniques, des vêtements de dessous et des bas. En 1891, un abbé général est élu : Dom Wackarz, abbé de Vissy Brod (empire austro-hongrois). On sait ainsi que Pontigny peut faire entrer 500 hectolitres hors taxes dans la ville de Troyes, Vaucelle peut en transporter 3 000 en franchise sur l'Oise, Grandselve 2 500 sur la Garonne[146]. Il avait fait son succès. Mais de nombreux liens unissent les deux familles monastiques, en particulier dans le domaine de la formation. Il y avait toutefois une pratique spécifique visant directement la mortification, programmée tous les trois mois, en février, avril, septembre et vers la Saint-Jean : la saignée ou minutio, pratiquée uniquement sur le sujet sain. Son rayonnement et son prestige personnel en ont fait au XIIe siècle le plus célèbre des cisterciens. L'ordre doit le développement considérable qu'il a connu dans la première moitié du XIIe siècle à Bernard de Clairvaux, (1090-1153), le plus célèbre des cisterciens qui peut être considéré comme son maître spirituel[32]. Le Moyen Age est plus que les autres époques le temps des moines et des religieux. Dès lors le contrôle des eaux devient une priorité pour l'ordre. À défaut, les confrères étaient tenus d'accuser le moine ayant commis une faute, ce qui entraînait une punition plus sévère. Le clergé et le pouvoir royal français critiquent de plus en plus violemment ses privilèges. Les samedis, avant l'office des complies (et donc à la place de la lecture spirituelle des autres jours), avait lieu au cloître la cérémonie du mandatum ou mandé, le lavement des pieds. Cette transition du bas fourneau vers le haut fourneau s'ébauche notamment à l'abbaye de Rievaulx, où des analyses de laitier ont révélé une teneur en fer exceptionnellement faible pour l'époque, proche de celle obtenue avec un haut fourneau[172],[173]. Le Chapitre général, dans ces conditions, devient une institution caduque. Les moines blancs ne sont pas en reste. La véritable envolée se produit entre 1129 et 1139 et un tel dynamisme suscite bien des problèmes : incorporation de monastères qui gardent un coutumier non conforme à l'esprit de la Charte de Charité, choix d'implantations difficiles, difficultés pour les abbayes-mères de pouvoir effectuer les visites annuelles, danger des prélèvements trop fréquents d'effectifs qui épuisent les abbayes-mères. Ces fours sont également utilisés pour fabriquer les carreaux de sol des abbayes. Aussi, les fondations sont souvent longues et hasardeuses et la nouvelle abbaye n'est consacrée qu'à la condition que l'oratoire, le réfectoire, le dortoir, l'hôtellerie et la porterie soient bien implantés[48]. La mise en valeur des terres assure à la communauté les ressources nécessaires à sa subsistance. Comment expliquer le choix de ces vallées, peu ensoleillées, qui réclament de nécessaires aménagements et parfois un changement d'implantation quand le milieu se montre trop ingrat ? À la même époque, Aelred, abbé de Rievaulx (Angleterre) écrit sa grande œuvre sur l’Amitié spirituelle[88] ; le souci d'un vrai amour fraternel, concret et authentique, transparaît aussi dans son Miroir de la charité[89]. Dès le XIIe siècle les propriétaires fonciers commencent à assécher les marais pour étendre la surface de pâturages disponibles. Au début du XXIe siècle, il y en a dix-sept en Afrique, treize en Amérique Latine et vingt-trois en Asie[68]. La vie devient trop risquée pour une femme seule. Les vendredis de carême, les moines devaient même se contenter de pain et d'eau jusqu'à la fin du XIIIe siècle. En France, les trappistes se réunissent en 1892 sous l'appellation « Cisterciens réformés de Notre-Dame de la Trappe ». Mais les exigences de Robert et d'Albéric sont mal acceptées. Les moines de Cîteaux développent une calligraphie ronde, régulière et très lisible. Histoire de l'ordre La genèse de l'ordre cistercien. Les Cisterciens débroussaillent et rationalisent la coupe et la pousse des espèces. Comme dit saint Bernard : « On apprend beaucoup plus de choses dans les bois que dans les livres ; les arbres et les rochers vous enseigneront des choses que vous ne sauriez entendre ailleurs »[83]. Dans la deuxième moitié du XIIe siècle, l'ordre essaye de tirer des profits financiers de son patrimoine foncier et investit massivement dans les vignobles et les salines. Un revêtement vitrifiable est ensuite apposé. Ceci leur procure un pouvoir économique et politique très important : ils peuvent assécher les terres en aval et priver tel ou tel seigneur d'énergie hydraulique. Les années semblent difficiles pour la petite communauté, car « les frères de l'Église de Molesme et d'autres moines voisins ne cessent de les harceler et de les troubler, car ils craignent de paraître eux-mêmes plus vils et plus méprisables aux yeux du monde si l'on voit les autres habiter au milieu d'eux comme des moines nouveaux et singuliers[25] ». Les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution partage à l’identique; d’autres termes peuvent s’appliquer.Voyez les termes d’utilisation pour plus de détails. Il est cependant contraint de regagner l'abbaye qu'il dirige à Molesme[18]. Dès lors qu'ils sont eux-mêmes impliqués dans le travail manuel et qu'ils ont pour idéal de rendre la terre la plus féconde possible, les Cisterciens vont s'ingénier à améliorer les techniques dans toute la mesure du possible.